Zbigniew Preisner, le vrai Van den Budenmayer…

Dans Dekalog 9, une jeune femme chantait « du Bach ou du Malher » précisait le scénario. Zbigniew Preisner, compositeur pour Kieślowski depuis Sans fin proposa une mélodie à la manière d’un compositeur du XVIIIe siècle. Avec Kieślowski, ils inventèrent le nom de Van den Budenmayer, qui sonnait si bien…

[photo-titre : Preisner dirige le concert au Grand Rex à Paris, en 2008 – © alain martin]

Les journalistes demandèrent alors des renseignements sur le compositeur méconnu dont ils ne trouvaient pas la trace. Ni Zbigniew ni Krzysztof ne les dissuadèrent : l’occasion d’un canular était trop belle. Ils continuèrent de répondre ainsi aux questions des encyclopédistes, jetant une belle pagaille dans ce petit fragment du savoir mondial, puisqu’on trouvait encore vingt ans après des nodules sur Van den Budenmayer. Nous vous devons la vérité : ce Van den Budenmayer n’a jamais existé.
Par contre, l’épisode Neuf du Dekalog à inspiré l’écriture de La Choriste (titre de travail de La Double vie de Véronique), puisqu’on y retrouve une chanteuse à la santé fragile, Weronika, chantant du… Van den Budenmayer.


Elzbieta Towarnicka en 2008 lors du Concert au Grand Rex – © alain martin

Weronika qui chante, c’est Elzbieta Towarnicka, soprano. Elle a continué de se produire en public et d’enregistrer avec Zbigniew Preisner. Parmi ces concerts, Silence, Night & Dreams, une œuvre en création mondiale le 4 septembre 2007 sur l’Acropole d’Athènes (ceux qui ont bien suivi Trois couleurs : Bleu apprécieront…). En tournée dans différents pays d’Europe, Silence, Night & Dreams a été joué en concert unique à Paris le 19 mars 2008.