Transmettre, enseignement, festivals, rencontres

  1. La Vie de Famille, un passé européen (p. 31)
  2. Camouflage, vivre et filmer à l’Est (p. 65)
  3. Illumination : comment comprendre le monde ? (p. 99)
  4. Un homme et une femme, couples improbables (p. 135)
  5. Les années du Soleil calme : le grand catalogue (p. 159)
  6. « N’ayez pas peur ! », un cinéaste au Vatican… (p. 185)
  7. En attendant la Reine Christine : le film en costumes (p. 221)
  8. Récits et manipulations ou comment entrer dans l’histoire (p. 233)
  9. Mises en scènes, télévision, théâtre, opéras, musique (p. 257)
  10. Transmettre, enseignement, festivals, rencontres (p. 267)
  • Conclusion : Au Grand Galop ! L’homme du XXIe siècle (p. 293)
  • Annexes

« Il paraît que les gens qui ont connu la faim dans leur enfance mettent du pain rassis de côté toute leur vie. Je réagis un peu comme ça à la vue d’un billet d’avion : je pars sans demander où ni pourquoi. Pour moi, le mouvement est une valeur en soi, la possibilité de voir le monde, une chose dont je ne me lasserai jamais. » »

[K. Zanussi, in Les Visiteurs de Cannes, Hatier, 1992]

Un avion se pose, un taxi emporte Krzysztof Zanussi vers un festival, vers une école, vers les autres : cinéastes, étudiants, chercheurs, public… Les lumières s’éteignent, se rallument, l’éclairent : il explique, raconte (si bien, disent ses proches), les questions fusent, il répond jusqu’à la dernière, souvent sans traducteur et prolonge volontiers la rencontre, tant qu’une autre voiture et un autre avion ne l’attendent pas, pour le retour ou un autre événement. Quand il s’agit d’expliquer et de transmettre, il peut préférer au cinéma la communication, qu’il enseigne aussi. Lui qui a contourné pendant des années la censure et a cherché un public par-delà les frontières de son pays affirme que quand le message ne passe pas, c’est essentiellement la faute de l’émetteur. Le cinéma, n’est-ce pas, avant tout, de la communication ?

lire la suite dans Krzysztof Zanussi, rencontre(s)
[photo-titre : © alain martin ]