Un homme et une femme, couples improbables

  1. La Vie de Famille, un passé européen (p. 31)
  2. Camouflage, vivre et filmer à l’Est (p. 65)
  3. Illumination : comment comprendre le monde ? (p. 99)
  4. Un homme et une femme, couples improbables (p. 135)
  5. Les années du Soleil calme : le grand catalogue (p. 159)
  6. « N’ayez pas peur ! », un cinéaste au Vatican… (p. 185)
  7. En attendant la Reine Christine : le film en costumes (p. 221)
  8. Récits et manipulations ou comment entrer dans l’histoire (p. 233)
  9. Mises en scènes, télévision, théâtre, opéras, musique (p. 257)
  10. Transmettre, enseignement, festivals, rencontres (p. 267)
  • Conclusion : Au Grand Galop ! L’homme du XXIe siècle (p. 293)
  • Annexes

Au cœur des récits de la littérature et du cinéma, un homme et une femme. Krzysztof Zanussi articule au moins une dizaine de ses films autour de ces rencontres et les tensions qu’elles suscitent. Ces couples sont bien souvent improbables, voire impossibles : des idylles avortées, des couples en crise, mais aussi la confrontation du couple à la maladie, à l’Histoire et même à l’appel de Dieu !

En 1970, dans Montagnes au crépuscule, une intrigue secondaire rapproche un homme et une femme. L’année suivante, c’est dans Derrière le mur que se forme le premier vrai couple (déjà hésitant) du cinéma zanussien : une jeune scientifique et un médecin d’âge mûr, son voisin, dont elle veut attirer l’attention. Ces deux films sont tournés en huis clos ou presque, lieu qui amplifie les questionnements. Pour Derrière le mur, les dialogues du scénario sont largement modifiés et improvisés au tournage. Une technique zanussienne qu’on retrouve (sans toujours le percevoir à l’écran) dans tous ses films mais qui sera systématique pour L’Inventaire, avec ses longs plans continus.

Tout au long des années 70 et 80, le contexte, le destin et l’Histoire empêchent les paires de personnages suivants se rapprocher (Les Chemins dans la nuit, La Tentation, L’Année du Soleil calme et même Le Pouvoir du Mal), de se marier (La femme dit “non” dès les premières séquences du Contrat) ou de se séparer (l’aventure sans lendemain du Bilan trimestriel). Quant au démon de midi, à l’aventure faustienne de La Longue conversation avec un Oiseau, elle préfigure Le Toucher de la Main que nous examinerons également au chapitre suivant. Les récits nouveaux s’enrichissent et se diversifient autour de l’image du couple : le deuil et la mémoire dans Persona non grata et Au-delà du Vertige, deuil qui tourne au drame dans Barbe Bleue et Soleil Noir.

Au siècle suivant, Krzysztof Zanussi réalise à cinq ans d’intervalle deux films faux jumeaux sur le même sujet : Les Voix intérieures et Corps étranger : dans ce dernier, la femme renonce à son amour passionnel (premières images : un couple s’étreint, couché sur le sable d’une plage italienne) pour entrer au couvent où elle doit prononcer ses vœux, deux histoires entre le monde très terrestre (celui des affaires) et l’appel de Dieu : deux histoires d’amour, une fois de plus inachevées…

lire la suite dans Krzysztof Zanussi, rencontre(s)
[photo-titre : © WDR : Maja Komorowska et Helmut Griem dans La Tentation. ]