Andrzej Chyra et Irène Jacob : que sont-ils devenus ?

Nouveau retour sur la carrière d’un comédien polonais, Andrzej Chyra et d’une comédienne française, Irène Jacob ayant tous deux travaillé à leurs débuts avec Kieślowski…

[ photo-titre : Irène Jacob en 2018 dans VxH, la voix humaine – © Roland Auzet ]

Certains jeunes acteurs, comme Mirosław Baka en Pologne ou Irène Jacob en France, ont été révélés au grand public par un film marquant de Kieślowski. D’autres, comme Andrzej Seweryn (rôle principal du Passage Souterrain) ou Andrzej Chyra (figurant dans le Décalogue Quatre, pendant le cours de théâtre) n’ont été populaires que bien plus tard.

Andrzej Chyra à la remise des Kieślowski’s Awards à Cannes en 2011 – © alain martin

Si Andrzej Chyra garde un mince souvenir de sa participation au Décalogue, il est devenu depuis un acteur majeur du cinéma polonais. On l’avait remarqué dès 1999 dans Dług, il avait joué dans Katyń de Wajda, dans Elles (Sponsoring), etc. et plus récemment dans Ostatnia rodzina de Piotr Dmochowski ou dans le rôle du professeur en passe de devenir aveugle dans Carte blanche de Bielik. Il sera aussi dans à l’écran dans le prochain film de K. Zanussi, Eter. Les deux Andrzej (Seweryn et Chyra) ont d’ailleurs eu des rapports privilégiés et forts avec le théâtre français puisque le premier est sociétaire de la Comédie française et que le second a joué plusieurs fois à l’Odéon à Paris (notamment dans Un Tramway, partenaire d’Isabelle Huppert ou encore dans Phèdre(s) de Warlikowski).


Irène Jacob commente les documents de tournage de Rouge en 2012 – © alain martin

Le grand public a retenu le rôle gémellaire tenu par Irène Jacob dans La Double vie de Véronique de , mais sa carrière est généralement moins bien suivie en France. Il faut dire qu’elle a, après Rouge, enchaîné une suite de tournage dans plusieurs pays (Russie, Pologne, Etats-Unis, Italie, Espagne…). Elle a à la fois joué pour des réalisateurs renommés comme Theo Angelopoulos, Agnieszka Holland, Claude Lelouch, Paul Schrader… ou des plus confidentiels, comme José Luis Cuerda, Paolo Franchi, Serge Le Péron…
En France, elle est régulièrement sur les planches (on l’a vue plusieurs fois au Théâtre de l’Atelier et aux Bouffes du Nord à Paris et en tournée dans plusieurs grands théâtres nationaux). Souvent récitante, elle est la voix de Marguerite Duras en 2018 dans La Maladie de la Mort, dans l’adaptation de Katie Mitchell créée aux Bouffes du Nord puis en tournée. En 2018-2019, elle est au centre du curieux dispositif de VxH, la voix humaine de Roland Auzet [photo titre].
Ces dernières années, elle a joué dans plusieurs séries américaines (The Affair, et en 2018 elle a tourné pour The O.A., une autre série prometteuse pas encore diffusée) ainsi que dans les films pour la Télévision française (La Solitude du Pouvoir de Josée Dayan, un épisode de Capitaine Marleau, etc.)
Irène Jacob a participé à l’enregistrement de l’émission Une vie, une œuvre consacrée à Kieślowski et diffusée sur France culture le 5 mai 2018, puis en podcast.