Kieślowski, l’autre regard : le livre-portrait en français

Kieślowski, l’autre regard, un portrait du réalisateur polonais par ceux qui l’ont connu, plus de cinquante témoignages polonais et français, mais aussi des citations choisies, des documents rares, de nombreuses photos…

Le titre du livre peut s’entendre sur différents niveaux : le regard bleu-acier qui a marqué ceux qui l’ont connu, bien sûr, mais aussi un don d’observation exercé depuis ses premières photos, puis le regard aiguisé du cinéaste-documentaire, et enfin la traque de l’intime dans ses grandes fictions.
Un livre imposant (320 pages serrées) mais une lecture agréable, avec de nombreuses entrées possibles : filmographie, témoignages, encadrés, documents textes et photos. Un ouvrage à lire et relire pour ceux qui veulent en savoir plus sur le « gars de Sokołowsko » [Pologne du Sud], reconnu dans toute la Pologne puis, assez tardivement, dans le monde entier avant de mettre fin lui-même à sa carrière de réalisateur en lançant en conférence de presse : « j’arrête de tourner ! »

La rédaction s’appuie sur de nombreux entretiens avec des collaborateurs de Kieślowski et d’autres professionnels du cinéma, ainsi que des documents écrits, filmés, sonores – souvent inédits ou rares – collectés pendant dix ans d’hommages et de rétrospectives.

Au sommaire, le portrait de Krzysztof Kieślowski (1941-1996), cinéaste polonais humaniste qui a marqué la fin du XXe siècle, avec une filmographie exhaustive, de nombreuses citations, des repères historiques et géographiques, mais aussi anecdotes, précisions techniques, etc.
Le livre dresse un bilan complet pour un public sensible à son cinéma, ou pour ceux qui le découvrent, aujourd’hui. Il établit des liens entre les regards (parfois différents), chasse aussi quelques idées reçues sur l’homme et ses films.
Une suite est parue en 2012 : « Kieślowski, encore plus loin » avec un parcours fouillé du Décalogue et des Trois couleurs : Bleu, Blanc, Rouge, et d’autres rencontres…

Alain Martin, journaliste passionné de Kieślowski, a recueilli les témoignages en Pologne et en France, avec Justyna Podrażka pour les interviews en polonais (traduites par Katarzyna Ozga). Il avait déjà publié en 2006 : « La double Vie de Véronique, au cœur du film de Kieślowski » (ISBN 978-2-9522785-1-5).
Des rencontres avec les lecteurs ont été organisés en mai (Lycée Henri IV, Ciné Reflet, Festival de Cannes, plusieurs librairies) ainsi que des parcours commentés (Sur les pas de Kieślowski) à Paris en 2010, 2012, 2016 et 2018…

320 pages, noir, environ 200 photos, signet, dos carré, 15×21 cm, ISBN 978-2-9522785-2-2, prix France : 24 €, Disponible en librairies spécialisées à Paris et en ligne sur www.Kieślowski.eu et www.Fnac.com
Commander le livre Kieslowski, l’autre regard

Quelques pages de Kieślowski, l’autre regard…


Le livre, en 10 points

1- Pourquoi ce livre ? Auteur d’une cinquantaine de documentaires et de fictions, Kieślowski a été révélé tardivement à Cannes en 1988 pour Tu ne Tueras point. Depuis, les spectateurs l’ont redécouvert à rebours mais des zones d’ombres subsistent, et les informations sont disséminées. Le lecteur (re)découvre ici un cinéaste profondément humaniste, à travers de multiples regards : témoignages de proches et de collaborateurs en Pologne et en France.

2 – Comment ? Kieślowski est raconté par ceux qui l’ont côtoyé. Les témoignages se mêlent à des extraits choisis de ses propos, des photos et documents rares ou inconnus, des informations sur le contexte polonais de la fin du XXe siècle. Tous les films sont passés en revue (y compris les projets) avec des informations et une filmographie actualisées.

3 – Une cinquantaine d’entretiens en français, polonais et anglais. Du producteur au chef-opérateur en passant par les comédiens, les assistants, certains critiques ou chercheurs, chacun tente de répondre à quelques questions essentielles pour cerner l’homme aussi bien que le réalisateur : qu’a-t-il apporté ? comment cet autre regard a pu changer le regard des autres ? On retrouve ainsi les voix d’Agnieszka Holland, Andrzej Seweryn, Emmanuel Finkiel, Hanna Krall, Irène Jacob, Jerzy Radziwiłowicz, Krzystyna Janda, Krzysztof Zanussi, Marin Karmitz, Sławomir Idziak, Zbigniew Preisner, pour les plus connus en France, mais bien d’autres. Ces entretiens exclusifs (une cinquantaine) ont été menés par l’auteur en Pologne et en France, avec un complément d’interviews en polonais par Justyna Podrażka, traduites par Katarzyna Ozga.

4- Plus de 200 photos et documents : Photos de tournage ou d’exploitation, lettres, portraits de Kieślowski et des témoins illustrent abondamment le livre : certains documents n’ont jamais été publiés.

5- De multiples entrées pour le lecteur. La typographie permet le repérage immédiat des témoignages, paroles de Kieślowski, mots-clés. Exergues et encadrés se succèdent pour animer et guider la lecture. Enfin, deux signets récapitulent clairement la liste et la côte des témoins et des sources.

6- Plus de 70 encadrés. Les encadrés, nombreux, sont autant de regards sur des points importants de la vie de Kieślowski, mais aussi l’occasion de découvrir des aspects insolites ou méconnus de sa personnalité ou des tournages…

7- De la Pologne à l’Europe. Le Décalogue est une coproduction européenne, La Double vie de Véronique évoque des correspondances mystérieuses entre une Polonaise et une Française et les Trois couleurs sont tournés en France, en Pologne et en Suisse. Mais, surtout, avant la chute du Mur, Kieślowski est déjà un cinéaste pro-européen.

8- Kieślowski déclare : « J’arrête de tourner. » 1993 : après l’avoir dit et répété à ses collaborateurs, Krzysztof Kieślowski annonce officiellement en conférence de presse qu’il arrête de tourner. C’est la stupéfaction : l’Occident le découvre à peine qu’il annonce en avoir fini avec les tournages, qu’il préfère s’asseoir dans sa maison de Mazurie, fumer, lire et couper du bois ! S’il est effectivement fatigué des plateaux, Kieślowski n’en a pas fini avec le cinéma et se consacre à la formation et un peu à l’écriture. Il meurt peu après d’une seconde crise cardiaque, en 1996.

9- Pour aller plus loin…Cette grande mise au point précède un second volume qui reviendra plus en détails sur Le Décalogue, les Trois couleurs, les thèmes abordés, un panorama des festivals et études consacrés à ses films : Krzysztof Kieślowski, encore plus loin (parution en 2012).

10- Un site Internet : Kieslowski.eu En tête des moteurs de recherches au mot [Kieslowski], le site se veut prolongement du livre, avec des compléments d’informations, mises à jour et une occasion de rencontre, et bien sûr liste des libraires distribuant le livre, achat en ligne (par carte, sécurisé). Il est animé par l’auteur, Alain Martin, qui vit et travaille à Paris. Journaliste et enthousiaste de longue date de Kieślowski, il a suivi et est intervenu dans plusieurs festivals consacrés au metteur en scène en France et à l’étranger, et a publié La Double vie de Véronique, au cœur du film de Kieślowski en 2006.


Sommaire de Kieślowski, l’autre regard

INTRODUCTION
– Avant-propos et avertissement

POURQUOI ?
– Pourquoi Kieślowski, encore aujourd’hui ?
– Qui es-tu Krzysztof ?
– Formes & trajectoires
– Pourquoi un autre livre ?
– Pourquoi un autre regard ?
– Esquisse de portrait
– Quelques a-priori…

CONTEXTE
– Un peu d’histoire polonaise
– La Pologne et le cinéma polonais (1970-1980)

PETITE BIOGRAPHIE
– Kieślowski, enfance ballotée, souvenirs volés
– A l’Ecole de Łódź

30 ANS DE FILMS, 30 ANS DE DOUTES (70s-80s)
– Les années 70 : « représenter la Pologne »
– Kieślowski : responsabilité
– Les années 80 : « une nouvelle fiction »
– Après le 13 décembre…

KIESLOWSKI EN « OCCIDENT »(90s)
– Les années 90 : vers un cinéma européen
– Kieślowski aurait-il changé ?
– Kieślowski avec ses équipes…
– « J’arrête de tourner ! »
– Premiers souvenirs, derniers regards
– Kieslowski et ses étudiants

KIESLOWSKI : ALLER PLUS LOIN
– Kieślowski et ses personnages
– L’héritage Kieślowski
– Conclusion : Kieślowski, encore plus loin ?…

ANNEXES
Filmographie, bibliographie, remerciements…


Principaux entretiens :
Eliza Adamczyk, Julie Bertucelli, Muriel Coulin, Marion Döring, Geneviève Dufour, Agnieszka Holland, Irène Jacob, Krzystyna Janda, Hanna Krall, Zuzanna Łapicka, Dominique Lefèvre, Urszula Lesiak, Dorota Paciarelli, Florence Pernel, Emmanuelle Riva†, Marion Stalens, Irena Strzałkowska, Charlotte Véry, Maria Zmarz-Koczanowicz, Mirosław Baka, Yvon Crenn, Emmanuel Finkiel, Sławomir Idziak, Dariusz Jabłonski, Marin Karmitz, Edward Kłosiński†, Ruben Korenfeld, Jean-Claude Laureux, Claude Lenoir, Tadeusz Lubelski, Marcin Lattałło, Jacek Petrycki, Zbigniew Preisner, Jerzy Radziwiłowicz, Andrzej Seweryn, Yann Tregouët, Philippe Volter†, Jacques Witta, Krzysztof Zanussi, Stanisław Zawiśliński…