Camouflage, vivre et filmer à l’Est

  1. La Vie de Famille, un passé européen (p. 31)
  2. Camouflage, vivre et filmer à l’Est (p. 65)
  3. Illumination : comment comprendre le monde ? (p. 99)
  4. Un homme et une femme, couples improbables (p. 135)
  5. Les années du Soleil calme : le grand catalogue (p. 159)
  6. « N’ayez pas peur ! », un cinéaste au Vatican… (p. 185)
  7. En attendant la Reine Christine : le film en costumes (p. 221)
  8. Récits et manipulations ou comment entrer dans l’histoire (p. 233)
  9. Mises en scènes, télévision, théâtre, opéras, musique (p. 257)
  10. Transmettre, enseignement, festivals, rencontres (p. 267)
  • Conclusion : Au Grand Galop ! L’homme du XXIe siècle (p. 293)
  • Annexes

« Chez nous, l’expérience collective est très différente de celle des Occidentaux : ce sentiment qu’il faut, pour survivre, penser avant tout à son propre compte parce que la majorité de la collectivité va être détruite, va toujours perdre. […] Vous avez survécu avec la majorité […] Votre génération n’a pas connu de calamités. Chez nous, au contraire, seuls ceux qui sont allés à contre-courant ont survécu. »

[KZCIN83]

« La vie d’un artiste pendant le socialisme était d’autant plus ambiguë que nous étions constamment confrontés à des choix, tous mauvais et il fallait trouver quel était le moindre mal. »

[KZBIO14]

La Pologne des années 70 et 80 subit, comme ses voisins d’Europe centrale, un contrôle étroit de la vie politique, économique et sociale, qui s’étend aussi au domaine du cinéma : les autorités y voient un moyen de communication de l’image du régime communiste instauré depuis l’annexion de la Pologne par l’URSS (le Réalisme socialiste) et les opposants une arme de lutte par la diffusion des images du quotidien véritable. Encore faut-il passer la censure, qui comprend plusieurs étapes obligatoires, de la constitution d’un projet jusqu’à la diffusion du film. Krzysztof Zanussi traverse cette période et use de son intelligence et de ses qualités de diplomate pour limiter les coupes, continuer de filmer, obtenir les précieux visas. Ni lui ni ses films n’en sortiront indemnes, mais ils seront de plus en plus présents sur la scène internationale. Le réalisateur témoigne aujourd’hui encore, dans nos démocraties modernes, des épreuves qu’il a subies. Les films ont pu rencontrer leur public, qu’il s’agisse d’un des plus célèbres, Camouflage, ou encore de son unique aventure américaine, Le Meurtre en Catamount, tourné dès 1973. Sa curieuse Leçon d’anatomie, au titre trompeur, fut plus difficilement programmée.

« Pendant les années du stalinisme, j’étais convaincu que le système était éternel et que rien ne changerait jamais. J’ai appris les langues étrangères en n’imaginant même pas que je pourrais un jour les utiliser. »

[KZBIO14]
lire la suite dans Krzysztof Zanussi, rencontre(s)
[photo-titre : © TOR Studio Filmowe ]