Blizna [La Cicatrice – 1976]

Stefan est envoyé à Olecko, où il a vécu vingt ans auparavant, afin de diriger la construction d’un nouveau complexe chimique. Les maisons sont rasées et les forêts détruites pour l’implantation de l’usine, au grand dam des habitants…

Stefan croit au succès de ce chantier et tente de les convaincre, sacrifiant sa vie familiale, alors que la population peine à suivre ses perspectives et se montre hostile. Il s’avère aussi peu à peu que le projet n’était pas viable…
Stefan finit par se ranger du côté des ouvriers, abandonne son poste et revient en Silésie. Dans la dernière séquence, il apprend à marcher à son petit-fils…
Le film décrit la difficulté de composer avec le pouvoir en place, les errements de l’économie, l’absurdité du système… Kieślowski montre des moments forts, des situations critiques, des portraits de responsables confrontés à la hiérarchie, et il doit être alors suffisamment habile pour contourner la censure, pour donner au pouvoir en place (l’Etat finance, contrôle et censure le cinéma polonais) une sorte de miroir qu’il accepte, en même temps qu’il démonte, pour ses spectateurs, les mécanismes du système. La Cicatrice a d’ailleurs subi des coupes, a été tout de même partiellement censuré et sa sortie a été retardée…
Jerzy Stuhr, grand acteur polonais, apparaît pour la première fois dans un film de Kieślowski et donne de nombreuses propositions pour le film, en grande partie improvisé, ce qui ne sera plus le cas des films ultérieurs, au scénario précis et tenu. Stuhr participera ensuite à plusieurs titres : Le Calme, L’Amateur, Le Décalogue 10 et Trois couleurs : Blanc… sans parler de son passage derrière la caméra pour le tournage d’un scénario de Kieślowski : “Le Grand Animal”.
Si TOR (unité de production du film) a toujours réussi à utiliser la pellicule Kodak, malgré le prix et les difficultés d’approvisionnement, La Cicatrice a été tournée sur Orwo, une pellicule fabriquée en Allemagne de l’Est, très peu stable…

A noter : le chef opérateur est Sławomir Idziak (La Double vie de Véronique et Bleu), et l’on trouve dans les seconds rôles Agnieszka Holland (réalisatrice).

Blizna [La Cicatrice – Scar] 1976 – 1h44’ – coul. 35 mm – d’après Romuald Karas. Image : Sławomir Idziak – Montage : Krystyna Gornika – Acteurs : Franciszek Pieczka, Mariusz Dmochowski, Jerzy Stuhr, Jan Skotnicki, Stanisław Igar, Stanisław Michałski, Michał Tarkowski, Halina Winiarska, Joanna Orzechowska, Agnieszka Holland, Małgorzata Lesniewska, Asia Lamtiugina… – Production : TOR (PL).
[plus dans les livres d’Alain Martin]
Film du Cycle Kieślowski 2019 à Paris